ANOMALIE DU CHAMP VISUEL

67. ANOMALIE DU CHAMP VISUEL.

Le champ visuel correspond à la partie de l'espace perçu par un oeil immobile fixant droit devant lui. L'examen du champ visuel consiste à établir les limites de ce champ pour chaque oeil autour du point fixé par cet oeil.

L'étude du champ visuel explore l'ensemble des voies optiques de la rétine jusqu'au lobe occipital. Elle permet de localiser un déficit sur la rétine ou les voies optiques jusqu'au cortex, d'apprécier l'étendue du déficit, sa profondeur et la sensibilité rétinienne, de suivre l'évolution d'un processus pathologique et d'apprécier les résultats d'une thérapie.

Il existe des techniques instrumentales et non instrumentales pour évaluer le champ visuel. Au terme de cette enquête, il est possible d'individualiser plusieurs types de déficits :

- Le scotome traduisant une lésion rétinienne ou une lésion du nerf optique.

- Les hémianopsies bitemporales ou binasales traduisant une atteinte chiasmatique.

- Les hémianopsies latérales homonymes traduisant une atteinte des bandelettes et des radiations optiques.

Les hémianopsies latérales homonymes épargnant la macula traduisent une atteinte de la scissure calcarine.

PLACE DES DIFFERENTS EXAMENS D'IMAGERIE

C'est en fonction de l'orientation clinique et des examens complémentaires qu'on orientera la demande d'examens radiologiques. C'est essentiellement dans les déficits bilatéraux systématisés que le scanner et éventuellement l'IRM encéphalique seront demandés. En cas d'anomalie unilatérale et lorsque l'examen ophtalmologique ne retrouve pas d'étiologie, le scanner de l'orbite sera effectué à la recherche d'une pathologie du nerf optique.

DIAGNOSTICS À EVOQUER EN FONCTION DES SIGNES RADIOLOGIQUES

QUESTIONS DEJÀ PARUES

QCM 67.1 : parmi les 5 propositions concernant les anomalies du champ visuel, une seule est inexacte. Laquelle ?

A - un rétrécissement concentrique du champ visuel traduit une atteinte préchiasmatique,

B - l'hémianopsie bitemporale témoigne d'une atteinte chiasmatique,

C - l'hémianopsie latérale homonyme témoigne d'une atteinte rétrochiasmatique,

D - la quadranopsie latérale homonyme témoigne d'une atteinte des lèvres de la scissure calcarine,

E - la lésion du nerf optique est à l'origine d'un déficit fasciculaire.

[....]

QCM 67.2 : une exophtalmie avec diplopie évoque :

A - une malformation faciale,

B - une fracture de l'orbite,

C - une hypotonie occulaire,

D - un syndrome de Claude Bernard Horner,

E - une atrophie du globe.

[....]

QCM 67.3 : où peut siéger la lésion responsable d'une hémianopsie latérale homonyme en quadrant supérieur ?

A - sur le nerf optique,

B - sur le chiasma,

C - sur une bandelette optique,

D - à la partie inférieure d'un lobe occipital,

E - sur le corps genouillé externe.

[....]

QCM 67.4 : un scotome central est un déficit du champ visuel lié :

A - à une lésion du cortex occipital,

B - à une lésion rétrochiasmatique,

C - à une lésion de l'hypophyse,

D - à une lésion du faisceau maculaire du nerf optique,

E - à une lésion du chiasma optique.

[....]

QCM 67.5 : une hémianopsie latérale homonyme droite correspond à une lésion :

A - de la rétine temporale droite,

B - des voies optiques rétrochiasmatiques droites,

C - des voies optiques rétrochiasmatiques gauches,

D - du nerf optique droit,

E - de la rétine nasale gauche.

[....]

QCM 67.6 : sur un relevé de champ visuel, une atteinte unilatérale des radiations optiques se traduit par :

A - un scotome central,

B - une hémianopsie bitemporale,

C - une hémianopsie latérale homonyme,

D - une hémianopsie binasale.

[....]

QCM 67.7 : le scanner et l'IRM encéphalique aident au diagnostic étiologique dans les anomalies du champ visuel à type de :

A - scotome,

B - hémianopsie bitemporale,

C - quadranopsie latérale homonyme,

D - hémianopsie latérale homonyme,

E - rétrécissement concentrique du champ visuel.

[....]


ŠTous droits de reproduction réservés

Transfert Word vers HTML par le Département d'Information Médicale du CHRU de Pontchaillou Juin-95